En finir avec le jetable : les nouvelles règles

Coupes menstruelles, serviettes hygiéniques lavables, culottes de règles … Ces mots vous font peur ? Tour d’horizon des solutions pour des règles zéro déchet et déconstruction de quelques tabous au passage ! 

Le constat cra-cra

Une femme utilise au cours de sa vie 10 000 à 15 000 protections hygiéniques jetables (serviettes et/ou tampons?). Or, ces protections périodiques conventionnelles sont hautement polluantes. Une fois utilisées, elles deviennent un déchet non-recyclable en ce qu’elles sont composées de plastique, de coton imbibé du flux menstruel, de colle et de d’autres substances chimiques.

Côté santé aussi, serviettes et tampons suscitent de plus en plus d’interrogations ! Les tampons, composés de viscose, sont plongés dans du chlore pour les blanchir, créant alors d’infimes quantités de substances toxiques, dont la dioxine. Les serviettes périodiques ne sont pas en reste puisqu’elles contiennent des cristaux de polyacrylate de sodium, aux effets absorbants, qui entre en contact avec les muqueuses.

Replacer le jetable par du lavable : les serviettes

Le principe  

Les serviettes périodiques lavables sont généralement fabriquées à partir de matières naturelles comme le coton ou le chanvre. Elles sont conçues pour être à la fois absorbantes, imperméables et respirantes et lavables facilement. Leur durée de vie est d’environ 5 ans.

Il existe maintenant de nombreuses marques qui proposent des serviettes. Ainsi, il y en a pour tous les goûts et tous les besoins. Chacune peut trouver la capacité d’absorption dont elle a besoin, le modèle, la taille, l’imprimé et le prix qui lui correspondent.

Les bonne couturières peuvent ensuite remplacer à moindre coût les couches absorbantes à l’intérieur de la serviette par de nouvelles pour éviter de renouveler l’ensemble.  Recyclables, les serviettes réutilisables arrivées en fin de vie sont à déposer dans les bornes de collecte destinées au textile.

cups en rayon

Les avantages

Le premier avantage c’est qu’elles fonctionnent de la même manière que les protections jetables. La transition se fait donc facilement. C’est une bonne manière de s’initier au zéro déchet pour les règles.

C’est pour nous, la solution la plus pratique pour les flux abondants car les serviettes se changent facilement. Il suffit d’avoir une petite pochette avec la serviette de rechange dans son sac. On retire la serviette à laver, on la met dans le petit sac. On peut rincer la serviette une fois rentrée à la maison.

Aussi, les serviettes lavables sont vraiment jolies. Cela peut paraître anecdotique mais à la Maison du Zéro Déchet, nous sommes convaincus de l’importance d’utiliser des produits qui nous font envie au quotidien. Cela facilite grandement leur appropriation et c’est toujours mieux d’avoir des objets que l’on prend plaisir à utiliser.

Enfin, les serviettes peuvent être cousues maison (ou lors de nos ateliers !) pour réduire les coûts ou pour faire sa première serviette test.

Les inconvénients

Le seul inconvénient est qu’il s’agit de serviettes. Il faudra donc oublier la piscine quelques jours par mois.

Celle qui fait parler d’elle : la coupe menstruelle !

Le principe

La coupe menstruelle est un petit réceptacle, en forme de cloche inversée, très malléable. Elle est fabriquée en silicone médical (pour la plupart) ou en caoutchouc naturel. On la place à l’intérieur du vagin et on la retire pour la vider et la nettoyer toutes les 6h maximum. Il est également conseillé de la stériliser entre chaque cycle menstruel. Lucie nous explique, “j’ai commencé à utiliser la coupe menstruelle il y a 3 ans. Il m’a fallu un petit peu de temps pour apprendre à la positionner correctement. Après quelques mois d’utilisation, je m’y suis complètement faite et je ne reviendrai pour rien au monde aux tampons, qui au passage, étaient agressifs.”

Les avantages : économique et simple, un combo gagnant

Tout d’abord la coupe menstruelle est économique. C’est la solution la moins chère parmi toutes les solutions de protections féminines, jetables ou réutilisables. Vous dépensez entre 20 et 30 euros et vous en avez pour de très longues années.

C’est aussi une solution extrêmement minimaliste. Un seul petit objet et un entretien super simple. Parfait pour une vie allégée 🙂

Enfin, la coupe menstruelle vous accompagne dans toutes vos activités. Course à pied, natation ou gymnastique, elle est parfaitement adaptée sans crainte de fuite.

Les inconvénients : un peu d’adaptation exigée

Tout d’abord, la coupe menstruelle peut demander un temps d’adaptation, plus ou moins long selon les femmes. Il faut parfois tester plusieurs technique de pliages et insertions avant de trouver la technique la plus confortable pour chacune.

pliages de cup

Aussi, la coupe menstruelle peut demander une petite organisation, notamment si on doit la changer en cours de journée. Il faut en effet bien se laver les mains, sortir la coupe, la rincer et la repositionner. Il faut donc avoir accès à des toilettes avec un lavabo ou bien prévoir une petite bouteille d’eau avec soi.

Enfin, tout comme le tampon, la coupe menstruelle n’est pas à porter la nuit. Il est en effet déconseillé de porter la coupe pendant 8 heures d’affilées dans en changer. Pour la nuit, on se tournera donc vers les serviettes ou les culottes de règles.

Une solution millénaire : les éponges menstruelles

Le principe : tout est très intuitif

Les éponges menstruelles sont une solution plus rare, mais naturelle, renouvelable et biodégradable. Il s’agit d’éponges de mer, que l’on utilise de manière interne, comme la coupe menstruelle. L’éponge doit être rincée à l’eau froide environ toutes les 2 heures, avant d’être remplacée immédiatement dans le vagin. Sa durée de vie est d’environ 8 à 10 cycles. L’éponge doit être stérilisée avant le début du cycle et à la fin pour éviter le développement des bactéries.

Les avantages : la cup en mieux ?

L’éponge regroupe les avantages de la coupe menstruelle sans certains inconvénients. Elle peut être utilisée pour toutes les activités (#piscinetoutelannée). Parallèlement, la composition même des éponges en fait un produit plus malléable. Ainsi, là où il faut souvent un temps d’adaptation pour la cup, l’éponge est vite adoptée !

C’est aussi une solution économique. Il faut compter quelques euros (entre 10 et 15) pour un lot qui fera entre 8 et 10 cycles.

Les inconvénients : une solution qui demande de l’attention

Tout d’abord, il s’agit d’un produit naturel (puisque c’est une éponge !). Ainsi cette solution ne convient pas aux personnes qui souhaitent consommer vegan.

L’utilisation de l’éponge menstruelle demande une certaine attention au lavage et surtout au séchage. En effet, il est conseillé de bien faire sécher l’éponge pour des raisons d’hygiène. Le mieux est de la placer dans un petit pochon respirant après lavage. Ainsi l’éponge sèche sans prendre la poussière #pasbête

Enfin, on lit souvent que l’éponge est déconseillée si l’on porte un stérilet. Pour être certaine que vos protections hygiéniques n’interfère pas avec votre contraception, nous vous conseillons d’en parler avec votre gynécologue.

La nouveauté qui révolutionne tout : les culottes de règles !

Le principe  

Les culottes absorbantes fonctionnent sur le même principe que les serviettes lavables et sont composées d’une protection périodique intégrée au niveau de l’entrejambe. D’apparence simples, les protections sont composées de plusieurs couches très fines, permettant d’absorber le fluide. Elles s’enfilent très simplement à la place de sa culotte traditionnelle. Certaines sont aussi pourvues d’agrafes sur les côté afin de pouvoir changer dans la journée. Cela dit, la plupart du temps elles sont suffisamment absorbantes pour être portées du matin au soir sans avoir besoin de changer. Il existe des culottes de différentes coupes et chacune peut trouver son bonheur : shorty, slip simple, dentelle, etc. Il y en a pour tous les goûts.

fempo

Photo Fempo

Les avantages : une merveilleuse simplicité

Les culottes de règles sont une petite révolution ! Le plus gros avantages d’après nous, c’est que ça change à peine notre quotidien. Au lieu d’enfiler une culotte le matin, on en met une autre et c’est tout. Ça permet de presque oublier ses règles.

Les culottes de règles peuvent s’utiliser en complément d’un autre type de protection. On peut par exemple mettre une coupe menstruelle la journée et passer à la culotte la nuit. Mais les culottes peuvent aussi d’utiliser en complète substitution de toutes les autres protections. À vous de voir ce qui vous parle.

Inconvénient : un certain investissement

Pour le moment, les culottes de règles représentent un certain investissement. Il faut compter entre 25 et 45 la culottes selon le modèle. En utilisant exclusivement ce moyen de protection et sans prévoir de machine en cours de semaine, il faut prévoir un budget proche des 100 euros pour s’équiper. Cela reste malgré tout rentable dès la première année, comparée aux protections jetables.

Pour les plus audacieuses : le flux instinctif libre

Le principe  

Enfin, le flux instinctif libre est une méthode qui ne requiert aucune protection périodique jetable. Le principe consiste à écouter son corps, sentir lorsque son flux arrive et aller aux toilettes à ce moment là. Adopter cette méthode demande de la patience puisqu’il faut être attentive et apprendre à écouter son corps. À vous de tester !

 

Si vous voulez en discuter, nous lançons un tout nouvel événement à ce sujet à la Maison du Zéro Déchet : les règles Zéro Déchet. Première session le 17 novembre à 14h. 

 

Pauline Imbault, Eva Pénisson,  Adeline Lavenu, Mélanie Fourcy, Justine Laur

2018-11-14T17:35:12+00:00