Prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin de l’environnement

S’occuper de soi pour pouvoir s’occuper de l’environnement, cela peut paraître contre-intuitif au premier abord ! Si nous défendons une cause, peu importe quelle cause, n’est-ce pas alors une perte de temps de s’occuper de soi ? Ne devrait-on pas se donner corps et âme pour cette cause ?

Pourquoi s’occuper de soi ?  

Lorsque nous sommes obnubilés par nos soucis, par nos maux, il paraît impossible d’avoir de l’énergie pour l’extérieur. Rappelons-nous la dernière nuit blanche que nous avons faite, la dernière migraine, la dernière grippe. Dans ces moments là, nous avons plutôt tendance à oublier le monde, à vouloir nous soigner, nous reposer, plutôt que de s’occuper des autres. Avec 39° de fièvre nous ne nous voyons pas nous investir dans quoi que ce soit. Cela paraît logique physiquement. Il en va de même lorsque nous sommes de mauvaise humeur ou triste. Nous aidons moins facilement la personne qui a besoin d’aide pour monter sa valise dans les escaliers. Nous avons moins d’énergie pour aider le collègue qui nous demande un coup de mains. Bref, nous nous fermons. Ainsi, lorsque nous avons moins d’énergie, il est difficile de s’engager pour une cause.

Il faut donc être bien dans son corps et son esprit et avec ses sentiments pour être prêt à porter son attention vers l’extérieur, pour pouvoir aider. Au delà de cette idée, un environnement positif se construit en partant de soi. Gandhi disait “Sois le changement que tu veux voir dans le monde”. Nous comprenons cette phrase au premier abord comme la nécessité d’être acteur ou actrice du changement ; créer son entreprise, s’investir dans une association, etc. À y réfléchir, cette phrase ne concerne pas seulement les actions que nous faisons mais de manière générale, notre comportement, notre façon d’être avec les autres. Nous souhaitons vivre dans un environnement sain, serein, calme et épanouissant ? Mieux vaut commencer par être sain, serein, calme et épanoui.

happy place

Aussi, en prenant soi-même la responsabilité de son propre bien-être, nous enlevons potentiellement un poids à d’autres personnes. Nous avons tendance à nous reposer sur notre entourage, à le rendre responsable de notre bonheur ou de nos peines. En prenant conscience du fait que ce pouvoir est entre nos mains, nous soulageons les autres ; leur permettant à leur tour de récupérer de l’énergie pour s’engager dans leurs propres causes.

Comment s’occuper de soi ?  

Ainsi, il est impératif de prendre soin de soi pour être en mesure de s’engager pour différente cause, notamment (en ce qui nous concerne) la protection de l’environnement. C’est une vision que nous partageons avec Caroline Durand. Caroline est kinésiologue et intervient à La Maison du Zéro Déchet pour proposer des ateliers d’écologie personnelle. La kinésiologie est une approche globale de l’être qui étudie aspects physique, émotionnel et mental. Lors de ses ateliers, Caroline propose des petits exercices simples à refaire chez soi. Ces ateliers sont l’occasion de faire une vraie pause, tout en apprenant à gérer le stress, se détendre, se équilibrer et impacter positivement son moral. Pour Caroline “Aller bien soi-même permet de se rendre disponible à l’autre et à la planète”.

photo atelier écologie personnelle

Atelier écologie personnelle animé par Caroline

Son premier conseil est de faire attention à son hygiène de vie globale ; faire attention à son alimentation, pratiquer une activité physique (bonne pour le corps et le mental !). En complément, de nombreuses autres méthodes existent pour aider à se préserver. Ainsi, le yoga, le tai chi, des exercices de respiration, la relaxation, des exercices de gratitude, la pleine conscience pourront aider. Il s’agit pour chacun de trouver ce qui lui parle. Pour commencer, il est assez simple de pratiquer la gratitude. Il suffit de prendre 1 minute le soir au moment de se coucher et de penser à 3 choses que nous avons appréciées dans la journée. Puis remercier l’univers ou un dieu suivant ses croyances. Cela permet au fil de temps, de voir de plus en plus de choses positives dans son quotidien. C’est un cercle vertueux !

good day

Apprendre à se centrer c’est se reconnecter à l’environnement

Le but ultime est de ces exercices et de se sentir en parfaite harmonie avec soi-même, se reconnecter, se centrer. Et paradoxalement en se centrant, nous nous reconnectons avec environnement. Lorsque l’on y réfléchit, c’est moins paradoxal que ce qu’il n’y paraît. Après tout, l’être humain est une composante de l’environnement. En se reconnectant à nous, nous nous attachons à la vie en nous puis à la vie de manière général. Alors, nous nous sentons à nouveau la connexion entre nous et ce qui nous entoure. Pour Caroline, “Prendre soin de nous c’est le plus cadeau que nous puissions faire aux autres et à la planète”. Peut-être aussi car nous nous rendons à la planète, nous faisons à nouveau partie d’un tout cohérent, alors que l’Homme a plutôt tendance à se mettre en opposition à la nature.

Si nous ne sommes pas en opposition à la nature alors nous faisons corps avec elle. Cela implique que se changer soi-même c’est changer de fait une partie du monde. L’auteur Otto Rank a écrit “Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure”. Se poser, prendre soin de soi, se recentrer est donc bel et bien le premier pas vers la construction d’un monde plus en phase avec les valeurs de chacun.

Le prochain atelier d’écologie personnelle aura lieu le 21/06

Voir la vidéo du dernier atelier

2018-06-11T09:18:17+00:00